Fédération Suisse des Parlements des Jeunes FSPJ

La Fédération Suisse des Parlements des Jeunes FSPJ est le centre de compétences politiquement neutre pour la participation politique et l’éducation civique des jeunes et jeunes adultes.

Avec les offres youpa, la FSPJ soutient les parlements, conseils et commissions des jeunes en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein, et en encourage la création. En outre, grâce au programme easyvote et au projet engage.ch, elle renforce de manière ciblée la participation politique et l’éducation civique des jeunes. Ces derniers ont ainsi l’occasion de découvrir leurs droits et devoirs civiques, ce qui leur permet d’être capables d’apporter des idées nouvelles et innovantes ainsi que d’éventuelles solutions. 

Le domaine Fondements de la participation politique (FPP) permet à la FSPJ de favoriser l’amélioration des conditions-cadres de participation des jeunes à la vie politique en menant des recherches, en échangeant des connaissances spécialisées et en représentant des intérêts.

Toutes ses activités sont placées sous la devise « Par les jeunes pour les jeunes ».

Updating Avril 2019

lire

s'abonner

Vivier à talents pour les jeunes politicien-ne-s

Communiqué de presse 21.05.2019

Les parlements des jeunes, les jeunesses de partis et les associations de jeunesse ont tous un point commun : ils représentent la voix de la jeunesse et encouragent la participation des jeunes adultes. Mais comment les jeunes politicien-ne-ss engagé-e-s et talentueux-ses sont-ils habilité-e-s à accomplir des tâches politiques et à motiver d’autres jeunes à s’engager sur le plan politique ? Dans cette optique, la Fédération Suisse des Parlements des Jeunes FSPJ a créé un vivier à talents pour la jeune relève politique.

plus...

Un travail pionnier dans la promotion de la relève

De nombreux-ses jeunes s’engagent au quotidien dans des parlements des jeunes, des jeunesses de partis et d’autres organisations de jeunesse en Suisse et forment le fondement de la relève politique. Même si leur travail est déterminant pour le fonctionnement de la démocratie semi-directe, il n’existe jusqu’à aujourd’hui aucune formation ouverte à tou-te-s qui encourage les jeunes à s’engager et qui les soutient dans cette voie. En conséquence, la FSPJ a lancé la Formation de direction jeunesse + politique, qui soutient les jeunes occupant une position de direction dans leur travail politique et leur permet d’assumer des tâches complexes. Avec cette formation, la FSPJ effectue un travail pionnier dans la promotion des compétences politiques de la jeune relève politique. Sous le signe de l’année de milice 2019, il s’agira également de promouvoir durablement la relève dans la politique communale.

Pour répondre aux souhaits des jeunes politicien-ne-s et du système politique fédéral de la Suisse, la FSPJ a organisé un projet pilote en Suisse alémanique en 2018/2019. Vingt jeunes adultes occupant une position de direction (ou similaire) dans un parlement des jeunes ou une jeunesse de partis’y sont inscrit-e-s. Afin de s’assurer que tou-te-s les participant-e-s disposent des mêmes connaissances de base et puissent profiter de la formation, les jeunes adultes ont suivi un premier module de  formation sur une plateforme d’e-learning. Pour pouvoir commencer le deuxième module, et donc la formation intensive, les participant-e-s ont ensuite passé un test en ligne. Le deuxième module constituait le cœur de la Formation de direction j + p et s’est déroulé lors de quatre week-ends répartis tout au long de l’année.

Différentes visions, une même passion

Durant la formation intensive, l’accent a plus particulièrement été mis sur la promotion des compétences de direction. Les participant-e-s ont en outre acquis des connaissances techniques sur les thèmes de la communication et du travail de relations publiques, la collecte de fonds et les finances publiques, les bases légales et les processus politiques, ainsi que le réseau et le lobbying. Les jeunes apprécient les différents ateliers et thèmes  traités : « La Formation de direction j + p est une occasion unique de poursuivre sa formation dans tous les domaines pertinents qui entourent la politique et l’engagement dans une jeunesse de parti ou un parlement des jeunes », déclare par exemple le jeune Elias Zoller, membre des Jeunes PDC. Il souligne en particulier l’échange personnel avec les jeunes politicien-ne-s : « J’ai beaucoup apprécié les nouveaux contacts que j’ai pu nouer et le fait d’être avec un groupe de jeunes qui avaient la même passion que moi, la politique ».

Une structure durable pour la promotion de la relève politique

La passion pour la politique ne se limite toutefois pas uniquement aux participant-e-s. Dans le cadre de la Formation de direction j + p, il est  consciemment fait appel à des intervenant-e-s qui côtoient  la politique dans leur travail quotidien. Ainsi, la FSPJ a ainsi pu recruter le lobbyiste professionnel Andreas Hugi de l’agence furrerhugi pour le workshop « Réseau et lobbying ». Ce dernier précise : « J’ai été impressionné par l’ouverture et le professionnalisme dont les participant-e-s ont fait preuve lors de la discussion sur le lobbying et le campaigning et par la manière dont ils ont pesé les chances et les risques de manière critique. » La pensée critique et différenciée est en effet d’une importance capitale dans le travail politique quotidien. En soutenant les jeunes politicien-ne-s dans leur travail politique, le système de milice suisse sera par la même occasion renforcé durablement. Patrizia Nideröst de la Fédération Suisse des Parlements des Jeunes souligne à ce sujet : « Les jeunes adultes acquièrent des connaissances techniques dans la formation, sont également encouragé-e-s dans leurs compétences personnelles et apprennent à utiliser leurs savoir-faire et leurs compétences de manière ciblée. Ceci est particulièrement important lorsque les jeunes politicien-ne-s aspirent à un mandat politique. » 

Les inscriptions à la Formation de direction jeunesse + politique sont ouvertes

Après l’achèvement réussi du projet pilote, la FSPJ lancera la première Formation de direction jeunesse + politique en Suisse alémanique et en Suisse romande au mois d’août 2019. L’auto-apprentissage en ligne et la formation intensive avec des workshops seront complétés par un module supplémentaire. L’accent sera mis ici sur l’échange entre participant-e-s  et les connaissances techniques pourront être consolidées en se concentrant sur le transfert pratique de ce qui a été appris jusqu’ici. La formation, axée sur la pratique, est ouverte à tou-te-s les jeunes adultes âgés de 17 à 30 ans. Les participant-e-s doivent d’une part être membres d’une organisation de jeunesse ayant un lien avec la politique ou accomplir des tâches politiques dans une autre organisation de jeunesse, et exercer d’autre part une fonction de direction. 

 

Inscription à la Formation de direction jeunesse + politique 2019/2020 :

Module 1 (e-learning) :                          12.08.2019 – 15.09.2019

Module 2 (formation intensive) :            

Week-end 1 :                                        05.10.2019 – 06.10.2019 

Week-end 2 :                                        16.11.2019 – 17.11.2019

Week-end 3 :                                        01.02.2020 – 02.02.2020

Week-end 4 :                                        21.03.2020 – 22.03.2020

Module 3 (approfondissement) :        13.06.2020

Plus d'informations et inscription


Contact

Patrizia Nideröst, Directrice Formation de direction jeunesse + politique :

patrizia.nideroest@dsj.ch, +41(0) 79 482 13 87

Nathalie Delbrouck, Collaboratrice Formation de direction jeunesse + politique: 

nathalie.delbrouck@dsj.ch, +41(0) 76 543 26 51

Fumer des joints pour financer les retraites

Contribution des médias 16.05.2019

Sauver le système suisse des retraites du naufrage. C’est ce que souhaite Valerio Paganini, chauffagiste de 18 ans de Coire, dans le canton des Grisons. Sa recette: la consommation légale de cannabis. Valerio Paganini est l’un des 16 vainqueurs du concours d’idées «Change la Suisse!».

You(th) for Change Forum

News 15.05.2019

Pendant six semaines, tou-te-s les jeunes âgé-e-s de 14 à 25 ans et vivant en Suisse ont pu déposer leurs souhaits à l’échelle nationale sur engage.ch. Ces propositions feront l’objet de discussions le 16 mai 2019 lors du You(th) for Change Forum, qui aura lieu au Forum Raiffeisen à Berne, et seront concrétisées avec l’aide d’expert-e-s dans les domaines des sciences, de la politique et du lobbying. Ces expert-e-s prendront le temps d’analyser les différentes propositions des jeunes et donneront leurs conseils afin d’en réaliser le plus grand nombre possible.

Les jeunes s’intéressent à la politique, mais la politique ne les atteint pas

News 06.05.2019

Le 11 avril 2019, à l’occasion de la conférence easyvote annuelle, nous avons présenté les résultats du dernier monitoring politique easyvote et discuté des mesures concrètes que les acteurs politiques devraient prendre afin que les jeunes se rendent aux urnes au mois d’octobre.

plus...

Le monitoring politique easyvote 2018 montre que près de la moitié des jeunes trouvent qu’aucun parti établi ne correspond à leurs intérêts. Plus de la moitié d’entre eux estiment que le Parlement ne prend aucune décision importante pour leur quotidien. De plus, les politicien-ne-s ne parviennent pas à motiver les jeunes à participer. En parallèle, les jeunes ont bien conscience de l’importance de la participation politique au sein d’une démocratie. Cette constatation peut être faite en particulier dans les domaines où ils sont eux-mêmes concernés, soit l’égalité des sexes ou la protection de l’environnement, par exemple. Et ils s’intéressent à nouveau plus à la politique suisse.

Cependant, quand il s’agit de se renseigner sur la politique, les canaux traditionnels sont toujours en perte de vitesse. Cette baisse n’est toutefois pas compensée par une utilisation accrue de Facebook et cie. Par conséquent il faut des sources d’information alternatives : les offres d’expéditeurs comme easyvote ou de personnes considérées comme des pairs et perçues comme pertinentes et utiles gagnent du terrain. Les canaux d’information qui ont nettement gagné en importance et sont considérés comme les plus utiles sont les offres d’easyvote, et en particulier les vidéos, qui conservent leur première place du classement. Parmi les autres sources d’information importantes citées par les écoliers et écolières interrogé-e-s figure la formation politique. Cette année encore, l’importance de la formation politique en milieu scolaire est donc confirmée.

Vous trouverez tous les résultats du monitoring politique easyvote 2018 ici.

Vous trouverez les tables rondes de la conférence easyvote et impressions de la conférence easyvote ici.  

Nécessité d’un débat public sur les Civic Tech

FPP 12.05.2019

La Fédération Suisse des Parlements des Jeunes FSPJ a organisé le 14 mars 2019 au Polit-Forum du Käfigturm de Berne la toute première conférence sur le thème de la Civic Technology (en abrégé : Civic Tech). Ce terme signifie la participation active des citoyen-ne-s au processus politique de planification et de décision par le biais de plateformes et d’outils numériques. Environ 80 participant-e-s issu-e-s des domaines de la recherche, de la pratique et de la politique ont discuté pour la première fois des opportunités et des risques liés à la participation politique sous forme numérique. Il y a été démontré qu’un échange est de toute urgence nécessaire afin de créer une base commune de discussion et de sensibiliser le public à ce sujet.

plus...

Crossiety, Züri wie neu, Inilab, Policy Kitchen, etc. – la liste des plateformes de Civic Tech en Suisse s'est considérablement allongée ces dernières années. Elles encouragent une intégration renforcée des citoyen-ne-s dans le processus politique de planification et de décision. La FSPJ, avec ses offres engage.ch et easyvote, est déjà présente dans le domaine des Civic Tech. Comme elle considère que ce thème est important pour le futur de la participation politique des jeunes, la FSPJ a réuni des expert-e-s de la politique, de l’économie et de la recherche dans le cadre de la conférence pour lancer un premier dialogue commun. En outre, les acteur-trice-s de ce domaine ont eu l’opportunité de présenter leurs produits et idées à un public concerné.

Les Civic Tech en Suisse

Le thème des Civic Tech est actuel au niveau politique puisque la Chancellerie fédérale est en train d’élaborer un rapport sur le postulat du conseiller aux États Damian Müller (Ct. LU/PLR). En 2017, ce dernier a invité le Conseil fédéral à examiner les opportunités des outils de Civic Tech pour la Suisse. Le vice-chancelier Jörg De Bernardi a présenté les premières réflexions à ce sujet dans son discours d'ouverture à la conférence : La première tâche de la Confédération serait de mettre à disposition du public, de la façon la plus structurée possible, les données nécessaires au processus de décision politique – par exemple dans le cas des consultations. C’est la seule façon, selon De Bernardi, d’avoir des applications de Civic Tech innovantes. Des apports ultérieurs de la recherche soulignent aussi le fait que le potentiel d’outils numériques de participation citoyenne est loin d’être épuisé. Au contraire, les progrès technologiques et la numérisation permettent un changement profond dans le processus de prise de décision démocratique et dans les rapports de force sur lesquels il repose.

L’accessibilité et la sécurité sont des priorités absolues

Il a été unanimement convenu que les outils de Civic Tech devraient servir à donner aux citoyen-ne-s les moyens de participer à la vie politique. Les participant-e-s étaient d’accord sur le fait que la condition préalable est un accès facile à la plateforme. Que l’accès soit anonyme et donc possible à bas seuil ou qu’une inscription soit nécessaire – au moyen d’une e-identification (identité numérique), actuellement en discussion – a fait l’objet de vives controverses. Les participant-e-s à la conférence ont accordé beaucoup d’importance à la transparence des algorithmes et du financement, ainsi qu’à la protection des données. Ce point est d’une importance particulière dans le contexte des manipulations électorales électroniques réelles et présumées des deux côtés de l’Atlantique. La confiance dans le système est une condition préalable pour le succès de tout outil de Civic Tech. Beaucoup de participant-e-s ont préféré des solutions locales car il serait plus facile pour les fournisseurs suisses de gagner la confiance des utilisateur-trice-s et de garantir la sécurité de leurs systèmes.

Stratégie de la Confédération sur les Civic Tech souhaitée

Les questions de ce que la Confédération, les cantons et les communes peuvent faire pour la jeune branche et quel rôle ils devraient jouer à l’avenir est restée ouverte à la fin de la conférence. Il a été convenu qu’une stratégie sur les Civic Tech de la part de la Confédération et ainsi une discussion commune sur ce thème seraient nécessaires. La première étape serait une mise en réseau des acteur-trice-s concerné-e-s et la création d’une plateforme commune. A cet égard, la conférence sur les Civic-Tech organisée par la FSPJ à Berne était un premier succès. Les discussions engagées devront être poursuivies à l’avenir et des solutions aux défis existants devront être formulées. Les résultats des ateliers ainsi que les supports de présentations sur www.civictech.ch peuvent servir de base pour cela.

L’écosystème suisse des Civic Tech

Un autre résultat de la conférence est l’illustration d’un écosystème suisse des Civic Tech en collaboration avec Rolf Rauschenbach de Procivis SA. Ainsi, il existe un aperçu de tous les fournisseurs pertinents en matière d’IT – et des fournisseurs de services, think tanks, hautes écoles, entreprises de consulting ainsi que fournisseur-trice-s de la branche des Civic Tech. L’écosystème se trouve également sur www.civic-tech.ch


Contact

Flavio Eichmann, Chef du domaine Fondements de la participation politique FPP :

flavio.eichmann @ dsj.ch, +41 (0) 31 384 08 07 / +41 (0) 79 581 82 24

Deux processus engage.ch dans le canton de Fribourg

News 08.05.2019

Le canton de Fribourg s’intéresse à la façon dont les adolescent-e-s et jeunes adultes peuvent participer aux processus politiques. Deux régions récoltent actuellement les souhaits et idées des jeunes pour les motiver à participer activement à la construction de leur avenir.

plus...

Le 9 mai 2019, les idées déposées par les jeunes du district de la Veveyse seront discutées dans le cadre d’un événement engage.ch à Châtel-St-Denis, en présence de politicien-ne-s locaux/locales. Début mai, la région de Kerzers commencera, elle aussi, sa campagne engage.ch pour savoir ce que ses jeunes habitant-e-s aimeraient changer dans leur région. Les idées peuvent être déposées jusqu’au 31 mai 2019 sur notre plateforme en ligne.

Les communes qui souhaitent mener en 2019 un processus engage.ch pour promouvoir la participation politique des jeunes peuvent contacter Melanie Eberhard.

Postes vacants

Être informé 1x par mois

S'abonner à l'Updating
*Champ obligatoire

Vous pouvez vous désabonner à tout moment de la newsletter.