L’encouragement de la relève au sein du système de milice suisse

Le système politique suisse repose avant tout sur l’engagement bénévole des citoyen-ne-s.Pourtant, selon de récentes enquêtes, les Suisses sont toujours moins nombreux à vouloir exercer une fonction politique.L’Association des Communes Suisses (ACS) a placé l’année 2019 sous le signe du travail de milice afin de renforcer et de développer le système de milice.La Fédération Suisse des Parlements des Jeunes FSPJ contribue elle aussi à consolider le système de milice suisse grâce aux offres et activités variées qu’elle propose.

 

« Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays. » Près de soixante ans plus tard, cette célèbre phrase prononcée par le président américain John F. Kennedy en 1961 n’a pas pris une ride. Au contraire !En Suisse, le système de milice est l’un des piliers du système politique : non seulement il permet aux citoyen-ne-s de notre pays de s’investir de manière active en politique, mais il favorise également de manière décisive la cohésion sociale en Suisse. Les chiffres à eux seuls montrent sans équivoque la valeur du système de milice : près de 80 % de tous les conseiller-ère-s communaux de Suisse exercent leur mandat au bénéfice du public de manière bénévole. Ils mettent ainsi leurs compétences professionnelles et personnelles à disposition de la commune, ce qui permet en particulier aux services administratifs de rester novateurs, flexibles et proches des citoyen-ne-s. Ce modèle politique est sensiblement moins cher qu’un modèle qui demande à ce que les membres de l’exécutif soient employés à plein temps.

Et pourtant, le système de milice, véritable modèle de réussite, fait face à des défis majeurs : selon l’Enquête suisse sur la population active (ESPA), l’engagement bénévole a diminué au cours des 25 dernières années. Cette baisse est encore plus marquée dans l’engagement bénévole avec tâches dirigeantes. La politique est un domaine particulièrement touché par cette baisse, tous types d’engagements bénévoles confondus, puisqu’elle y est supérieure à la moyenne, comme l’illustre le tableau suivant :

Type d’organisation

Engagement bénévole sans tâches dirigeantes*   

Engagement bénévole avec tâches dirigeantes*   

Associations sportives

-13-14

Services d’utilité publique

-19-24

Institutions religieuses

-13-27

Organisations sociocaritatives

-24-25

Associations culturelles

-24-31

Associations de défense d’intérêts

-24-41

Partis politiques

-45-52

Fonctions politiques ou publiques        

-62-64

* sans tâches dirigeantes (évolution entre 1997 et 2013 en %)

Le bénévolat : évolution entre 1997 et 2013 (Source : ESPA)

 

Ce sont surtout les communes qui subissent le manque en relève qualifiée qui résulte de cette baisse du bénévolat, et plus particulièrement les plus petites communes, qui sont tout juste en mesure de pourvoir les postes vacants. Il est particulièrement frappant d’y constater le manque de jeunes politicien-ne-s. Seuls 5 % environ de tous les conseiller-ère-s communaux de Suisse ont moins de 35 ans.

La HTW Chur (Hochschule für Technik und Wirtschaft) a ainsi lancé le projet de recherches PROMO 35 en collaboration avec la FSPJ et d’autres partenaires. L’objectif de ce projet est de montrer aux communes différentes stratégies leur permettant d’attirer de jeunes adultes à un poste dans un exécutif. D’une part, ce projet se focalise sur les mesures visant à recruter des candidat-e-s potentiel-le-s et à créer des structures participatives adéquates grâce auxquelles les jeunes peuvent être intégrés au processus politique. D’autre part, il permet de faire émerger des propositions sur la manière d’organiser les services afin d’en améliorer l’attractivité pour les jeunes. Enfin, PROMO 35 prodigue également des conseils sur la stratégie à adopter pour motiver les jeunes à postuler à une fonction politique et sur la façon de les soutenir lors d’une campagne électorale. Le projet s’achèvera au début de l’année 2019, puis sera accessible sur une plate-forme en ligne.

De premières enquêtes menées par la FSPJ suggèrent en réalité qu’il existe un potentiel considérable d’engagement bénévole chez les jeunes. Selon des sondages réalisés par la FSPJ, nombreux sont les jeunes à pouvoir envisager la possibilité de s’engager davantage en politique et d’assumer bénévolement une fonction. Toutefois, il manque jusqu’à présent des données pertinentes sur les raisons qui les empêchent de sauter le pas. Les informations sur la manière dont structurer une fonction bénévole pour la rendre attrayante auprès des jeunes font également défaut. C’est dans ce contexte que le projet de recherche de la FSPJ a été lancé. Son but est d’identifier les facteurs favorables et défavorables à un engagement bénévole. Des mesures permettant de renforcer l’engagement bénévole en politique et dans la société civile doivent être mises au point sur la base des enseignements tirés du projet. Les résultats du projet seront finalement préparés et mis à disposition d’un large public. Grâce à son travail de recherche également, la FSPJ contribue de manière capitale au renforcement du système de milice en Suisse.


Texte de Flavio Eichmann, 29.01.2019

Pour les jeunes adultes intéressé-e-s à s'impliquer dans la politique communautaire :

politiquedemilice.ch