Pour une numérisation équitable

 

Lors de la conférence nationale « Suisse numérique » du 2 septembre 2019, les jeunes ont esquissé leur Suisse de demain. Ils et elles ont entre autres appelé à plus de courage au niveau local pour promouvoir la participation numérique et à plus de transparence dans le traitement de leurs données de la part des entreprises. À l’avenir, ils et elles souhaitent une numérisation équitable. Cela devrait être un moyen de parvenir à un monde plus juste dans lequel chaque personne a des chances égales. Les jeunes ont notamment justifié leurs revendications par les résultats d’une enquête menée auprès de 100 jeunes. Avant la conférence, la FSPJ avait posé les questions suivantes : Que pensent les jeunes des thèmes numériques ? Qu’est-ce qui les inquiète ? Vous trouvez quelques réponses dans cet article de blog.

 

100 jeunes ont participé à notre enquête et répondu aux questions sur des thèmes numériques. Bien que l’enquête ne soit pas représentative, elle donne une image de l’état d’esprit et fournit des opinions passionnantes sur la numérisation. Nous avons par exemple demandé ce qui préoccupe le plus les jeunes lorsqu’ils pensent à la numérisation. Les problèmes les plus fréquemment mentionnés étaient liés à la protection des données, la suppression d’emplois liée à la numérisation ainsi que la perte de contacts personnels. Les jeunes sont cependant optimistes quant à l’avenir et espèrent que les aspects positifs de la numérisation prévaudront et qu’elle pourra être une opportunité pour un monde plus équitable.

 

La politique est « mignone » quant à l’utilisation des nouveaux médias

Toutefois, la situation de départ ne semble pas idéale : on a demandé aux jeunes s’ils et elles sont satisfait-e-s du travail des politicien-ne-s et économistes d’aujourd’hui en matière de numérisation. Frappant : 66% des jeunes interrogé-e-s se disent « pas satisfait-e-s ». Les raisons données sont multiples. Par-dessus tout, les jeunes doutent que la politique et l’économie suisses disposent de suffisamment de connaissances et de compétences en matière de transformation numérique. De plus, il manquerait des infrastructures et des mesures concrètes, par exemple en ce qui concerne la législation. Les jeunes ont également critiqué le manque de courage pour suivre le rythme des innovations. Un jeune interrogé s’est exprimé très clairement : « La plupart des politicien-ne-s n’ont aucune idée de la numérisation et sont souvent « mignons » quand il s’agit d’aborder les nouveaux médias. »

 

Exigence de plus de transparence dans le traitement des données

En tant qu’utilisateur-trice-s, les jeunes exigent avant tout plus de transparence de la part des entreprises en ce qui concerne la numérisation équitable ; c’est-à-dire au sujet de la divulgation de l’utilisation des données. Une numérisation équitable signifie aussi pour eux et elles qu’à l’avenir, les utilisateur-trice-s auront le contrôle de leurs propres données. Bien qu’un peu plus de la moitié d’entre eux et elles pense déjà que les entreprises suisses traitent leurs données de manière confidentielle, cette confiance est très faible envers les entreprises étrangères. Seulement 16% des jeunes interrogé-e-s ont estimé que les entreprises à l’étranger traitent leurs données de façon confidentielle. Il demeure une grande méfiance envers les entreprises étrangères. La principale raison en est que la législation concernée à l’étranger n’est pas suffisante.

 

La participation en ligne est propice à la démocratie

Pour 77% des jeunes interrogé-e-s, la participation en ligne est importante pour la démocratie. « La participation en général est au cœur de la démocratie et si on peut la renforcer à l’aide d’outils numériques, il faut absolument le faire », a déclaré une personne interrogée. Un grand nombre de jeunes souhaite que la démocratie numérique soit encouragée, en particulier dans les villes et les communes. Après tout, cela contribue à une numérisation plus équitable, puisqu’elle élargit le champ de participation et permet à plus de personnes de s’exprimer.

Les exigences des jeunes à l’égard de l’avenir numérique de la Suisse ont donc été clairement définies lors de la conférence nationale « Suisse numérique ». La jeune génération exige une numérisation équitable. Elle voit une opportunité dans la numérisation si elle est utilisée correctement et est donc optimiste quant à la Suisse numérique de demain. C’est maintenant aux entreprises et à la politique de prendre des mesures et d’impliquer la jeune génération dans le processus de planification.

 


Texte de Jasmin Odermatt, 24.09.2019

 

Source

Enquête auprès de 100 jeunes issu-e-s de toutes les régions de la Suisse menée par la Fédération Suisse des Parlements des Jeunes FSPJ dans le cadre de la conférence nationale « Suisse numérique » 2019.